Montessori versus traditionnel

Comparaison des systèmes éducatifs Montessori versus Traditionnel
Montessori Traditionnel
La classe
La classe est un « environnement préparé » conçu pour les besoins de développement des enfants à chaque plan. Les enfants travaillent à leur propre rythme,  les présentations (leçons) individualisées sont centrées sur l’enfant. Les enfants sont actifs, se déplacent dans la classe, choisissent leurs activités, peuvent parler entre eux à condition de ne pas déranger les autres. Les enfants sont assis à leur bureau désigné et peu de mouvements sont autorisés. Les leçons sont dirigées et initiées par l’enseignant. Les enfants doivent écouter, noter, mémoriser et répondre aux interrogations. Tous les enfants doivent apprendre au même rythme, décidé par l’enseignant à partir d’un plan de cours issu du programme national.
Le temps
Les périodes de travail durent de 2h30 à 3h00  pour permettre aux enfants de travailler sur une activité aussi longtemps qu’ils en ont besoin avec un minimum d’interruption. Les horaires sont prédéterminés par les instances dirigeantes et l’emploi du temps est divisé en temps de leçon (45mn), temps de pause mais également découpé par sujets.
Le rôle de l’adulte
Maria Montessori pensait que personne ne pouvait enseigner  à une autre personne sans son engagement complet ; c’est pourquoi, elle a choisi d’utiliser le mot « guide » dont le rôle est de guider individuellement  l’enfant sur son chemin unique d’apprentissage L’enseignant donne la même leçon à l’ensemble de sa classe en même temps et dans le même ordre. L’apprentissage est dirigé par l’enseignant, qui applique le programme prédéfini par l’état.
Le groupe d’âge
les enfants sont regroupés par trois ans d’âge en accord avec la définition des plans de développement : 3-6 ans, 6-9 ans, 9-12 ans, 12-15 ans et 15-18 ans. Les classes sont homogènes en âge, parfois en groupes de deux niveaux d’âge (grand-petit) qui favorisent la compétition.
Curriculum-programme
Le curriculum Montessori individualisé  est clairement défini, avec des finalités ouvertes et  extensibles,  conçu pour satisfaire les besoins de chaque individu. Il regroupe un grand nombre de matériels, de leçons, d’explorations, de  manipulations et d’activités. Pour Montessori, le meilleur moyen d’apprendre est de mettre en contact le concret, le  physique, l’exploration avec la cognition. L’enfant choisit selon son intérêt sur la base des présentations le sujet de son travail. Les objectifs sont couverts dans chaque discipline ou sujet sur le cycle des trois ans, sous la supervision des « guides ». Le programme est prédéterminé pour un degré scolaire défini, basé sur des modules fermés de sujets à connaître sans considération des intérêts des enfants. Le matériel utilisé en général dans l’enseignement est abstrait : tableau, livre et cahier d’exercices.
Développement de l’estime de soi et de l’auto-motivation
L’approche Montessori permet à l’enfant de construire son estime de soi et sa propre motivation en devenant autonome, dans son travail et ses choix, en ressentant de la fierté et de la satisfaction tout au long du processus d’apprentissage. Les sentiments d’accomplissement et de compétence vont le conduire à une estime de soi forte. Le système donne le crédit à des instances  externes qui définissent la réussite ou l’échec à travers des examens, des notes et des classements. L’enfant est dépendant des évaluations externes pour construire sa confiance en lui. La motivation est obtenue par l’utilisation de récompenses ou de punitions.
L’attitude des enfants à propos de l’apprentissage
Les prémices Montessori est que l’enfant a un désir inné d’apprendre, et qu’il existe un élan vital qui le guide sur le chemin de son développement. Les enfants aiment apprendre car ses choix et ses intérêts sont respectés et pris en compte au fil du processus. Ainsi, l’amour d’apprendre se construit et  continue tout au long de la vie. Cette approche pédagogique privilégie la mémorisation de leçons et  les évaluations souvent chiffrées à des interrogations ou des tests standardisés selon les classes.  Les enfants n’ont pas de choix dans les sujets d’apprentissage, d’où un intérêt parfois limité. Apprendre est synonyme de contraintes, de répétition et de devoirs pour réussir les évaluations et faire plaisir à l’enseignant ou les parents.

Les décrochages sont nombreux et prédictibles de l’échec.

Développement global de l’enfant
L’approche Montessori prend e, compte  l’enfant dans sa globalité : intellectuelle, sociale, émotionnelle, physique et spirituelle. Les enfants ont beaucoup d’opportunités pour développer des habiletés transférables dans la vie réelle et pratique. La communication et la résolution de conflits de manière paisible amènent la construction de caractère solide et d’individu socialement adapté. L’accent principal est tourné vers le développement de l’intelligence et de la performance académique. Le but premier est la transmission de savoirs et l’instruction. L’éducation est laissée aux parents.
discipline
L’environnement et la philosophie Montessori en général promeuvent un climat de paix. L’autodiscipline est recherchée activement.  Les règles de vie sont rédigées par le groupe dans son ensemble et chacun est responsable de ses applications. Des leçons de « grâce et courtoisie » sont réparties au fil de l’année pour « outiller », équiper socialement chaque enfant. Des discussions spontanées, des temps réflexifs sur les comportements non acceptables par le groupe ou un individu sont régulièrement organisés pour penser le rôle social de chacun.  Les enfants font des expérimentations sociales, apprennent à verbaliser, reconnaître leurs émotions et résoudre les conflits tout au long du développement d’une autodiscipline intérieure et d’une éthique. L’enseignant est le gardien de la discipline, le règlement est dicté par la Direction qui en précise les punitions en cas d’infraction.

Les enfants développent très tôt des stratégies pour éviter les sanctions et tricher avec le système. Les habilités sociales de communication et de résolutions de conflits sont laissées à l’usage des plus compétitifs entraînant un climat social de plus en plus difficile à gérer, pouvant aller jusqu’au harcèlement.